AAP 2017-2018 – Retour sur le projet INCA

Le projet INCA « Pratiques de la peinture dans la région Andine aux époques préhispaniques récentes : des découvertes archéologiques à la définition d’un patrimoine immatériel » mené en complément et parallèlement à la chaire ARCIC « Archéologie Comparative et Interdisciplinaire de la Couleur » a proposé une réflexion autour de la matérialité de la couleur dans divers contextes archéologiques.

L’approche de la couleur dans sa matérialité permet d’étudier les pratiques et savoirs immatériels liés à leur production, circulation et consommation.

En partant de l’analyse physico-chimiques des composants matériels des pigments et peintures de contextes pré-Inca et Inca (XIV- XVIème siècle) le projet INCA a cherché à comprendre les implications sociales et significations liés à la couleur dans ces sociétés.

Divers contextes au Chili et au Pérou ont été étudiés, et des travaux archéologiques et de textes historiques des premiers chroniqueurs du XVI et XVIIème siècle ont été associées aux données obtenues à partir d’analyses physico-chimiques réalisées au moyen de techniques portables non destructives in situ, fait inédit pour la recherche sur le patrimoine au Pérou.

Il s’est agi d’une part, d’étudier les composants matériels de la couleur dans différents contextes, mais surtout et d’autre part, de contribuer à la préservation de l’important patrimoine archéologique du site de Pachacamac, le principal sanctuaire préhispanique sur la côte Pacifique des Andes au Pérou, en étroite collaboration avec la Directrice du Musée de Site Mme Denise Pozzi-Escot et son équipe.

L’étude s’est concentrée sur l’étude des peintures murales du site monumental de Pachacamac, avec la découverte de pigments et peintures non identifiées auparavant. Le projet a de plus permis de mettre en évidence les techniques d’application sur les murs.

Par ailleurs, des pièces archéologiques ont pu être analysées.  Ainsi, l’analyse de l’Idole en bois de Pachacamac, pièce majeure et emblématique de l’archéologie péruvienne a permis d’acquérir de nouvelles données sur l’objet tout en utilisant une méthode non destructive contribuant ainsi à une meilleure connaissance et à sa conservation.

Le projet d’étude de la matérialité de la couleur a non seulement permis d’obtenir des résultats de recherche concrets au Pérou, mais aussi d’amorcer une réflexion qui s’est avérée essentielle pour l’obtention d’un nouveau projet (FONDECYT- CONICYT au Chili) récemment obtenu pour une durée de 4 ans et qui permettra l’étude des sites d’exploitation, mais aussi de comprendre la production et utilisation de la couleur dans divers contextes quotidiens et funéraires. Ceci démontre que les recherches sur la matérialité de la couleur pour la reconstruction des savoirs immatériels à l’époque préhispanique est une idée novatrice qui bénéficie d’une approche comparée et multidisciplinaire et qui constitue donc un enjeu majeur pour la recherche sur le patrimoine sud-américain.

Equipe projet :

Marcela SEPULVEDA, Universidad de Tarapacá, Instituto de Alta Investigación, Chili; UMR 8220 LAMS, Sorbonne Université, France
Philippe WALTER, UMR 8220 LAMS, Sorbonne Université
Christophe MOULHERAT, Musée du Quai Branly
Mathieu LEBON, UMR 7194 HNHP, MNHN

En savoir plus :

Publication issue du projet INCA :

Sepúlveda, M., F. Gallardo, B. Ballester, G. Cabello y E. Vidal. 2019c. El Condor mine: prehispanic production and consumption of hematite pigments in the Atacama Desert, northern Chile. Journal of Anthropological Archaeology.
https://doi.org/10.1016/j.jaa.2018.04.001